Élodie Villemus

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

Sarrians, Le 18 Octobre 2018.
Élodie

Elodie Villemus. Si vous travaillez dans le monde du mariage, ce nom vous dit certainement quelque chose. C’est celui de la fondatrice de Label’Emotion, premier réseau de franchises d’agences de wedding-planner en France. Mais c’est aussi le nom d’une femme exceptionnelle. Celui de quelqu’un de franc, honnête, au très grand coeur. Voici son portrait.

Le couple dont Elodie rêverait d’organiser le mariage ? « Celui de mes enfants ». Ses deux filles donc, Mila et Lou.

« One life » son modjo de tous les jours
Élodie Villemus
Label' Émotion

«Je suis Elodie Villemus, j’ai 38 ans, je suis maman de deux enfants et je suis la fondatrice de Label’Emotion, le premier réseau de franchises en France et en Europe». Pitch maîtrisé sur le bout des ongles. La maîtrise c’est un peu ce qui définit Elodie. Sa grande confiance en elle aussi. C’est le genre de personnalité qui se remarque, même au milieu d’une salle remplie de personnes.

Sa carrière «d’avant» était dans le commerce international «j’ai travaillé dans la musique de relaxation pour finalement finir wedding-planner». C’est l’envie d’être proche des gens qui l’a amené à s’orienter vers le mariage, «il y avait moins de partage de vie, d’expériences, c’était moins nourrissant humainement».

CRÉDIT PHOTO: MOLLY JO

Label’Emotion a des méthodes de travail propres au réseau. Des méthodes mises en place par Élodie au fur et à mesure des années «je ne vais pas rentrer dans les détails parce que c’est un peu notre savoir-faire, c’est ce qui nous différencie sur le terrain mais on a une méthodologie de travail qui est vraiment affinée, aboutie et surtout maîtrisée.». Cette méthode là est appelée la French Wedding Industry «je trouve que ça manquait cruellement à ce métier».

Label’Emotion est là depuis 10 ans. Elle a vu le métier évoluer. «Quand j’ai commencé il y a 10 ans c’était vraiment seulement le métier de wedding-planner. Je crois qu’on a été l’une des premières agences à jongler avec le côté organisation et décoration, c’est-à-dire être à la fois wedding-planner et wedding-designer. Aujourd’hui, c’est monnaie courante». Il y a donc eu une évolution sur ce point là. Vouloir allier ces deux parties qui à une époque semblaient s’opposer. Mais pas que… «je trouve qu’il y a une évolution aussi sur la vision que l’on peut avoir sur chacun des prestataires, entre nous. Il y a vraiment un intérêt commun à avancer ensemble, chacun a sa place, chacun fait son business avec son positionnement et voilà». L’appréhension du métier a aussi changé. Les futures wedding-planners ont compris l’importance de se former.

CRÉDIT PHOTO: PIERRE SAUTEL

Les franchises sont arrivées quelques années après la création de Label’Emotion Provence, la toute première agence, là où est basée Elodie. «C’était un peu pour apporter ma pierre à l’édifice sur cette industrie là parce qu’il y avait un manque cruel de professionnalisme». La volonté de former des jeunes filles qui ont la volonté d’apprendre ce métier de chef d’entreprise qui nécessite une très grande polyvalence. «Leur apprendre les vraies valeurs de ce métier selon notre expérience encore une fois mais pour en faire des agences sérieuses et solides».

CRÉDIT PHOTO: TIARA PHOTOGRAPHIE

Si l’envie vous prend d’en apprendre plus sur Elodie et tout son concept, rendez-vous au Wedd’Challenge, premier congrès destinés aux métiers du mariage du 15 au 17 janvier 2019 à Marseille, «la conférence portera sur la French Wedding Industry, comment arriver à créer un savoir-faire, qu’est ce qu’on y met, comment on en arrive là, quel est le positionnement à avoir… On amènera les participants à avoir ce raisonnement là… Il faut venir au Wedd’ c’est une très bonne chose qu’il y ait ce congrès !».

CRÉDIT PHOTO: OLIVIA MAROCCO

Lorsqu’on lui demande si elle a un modèle dans la vie, «Les personnes qui m’influencent beaucoup ont un côté artistiques très poussé, très perché, chose que je ne suis pas à outrance. Des personnes qui sont un peu philosophes et ont des pensées et raisonnements qui partent un peu loin et avec lesquelles tu peux échanger et les dernières, celles qui sont un peu plus cérébrales et psychorigides sur le détails, parce que c’est un peu ce que je suis, je me retrouve là dedans et on est bien dans sa zone de confort un peu quand même. C’est un mélange de tout ça. Donc c’est plusieurs personnes.» .

CRÉDIT PHOTO: LAURENT BROUZET

Nous aimons parler de notre enfance aussi, Élodie nous parle d’un souvenir

«Le mercredi et les pâtes à la bolognaise de mon arrière grand-mère. L’odeur de l’Italie, le goût du parmesan tout droit venu de là-bas que je retrouve aujourd’hui au restaurant Bella Ciao à L’Isle-sur-la-Sorgue qui est comme ma deuxième maison.»

Merci Elodie pour ce moment plein de franchise, d’éclats de rire et d’émotions surtout.

Alison + Sarah
Retrouvez Élodie aussi ici

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

1 Comment

Post a Comment

fr_FRFrench
fr_FRFrench