Madeleine Photographe

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

Paris, Le 26 septembre 2018.
Margaux

Margaux. Un petit bout de femme un peu spécial. Extra-ordinaire. Un attrait pour la photographie depuis toujours mais une passion qui se confirme lors d’un voyage. Elle se livre sans détour et nous raconte son parcours.

Margaux vit dans le moment présent alors le couple qu’elle rêverait de photographier s’est marié récemment : « Vincent Cassel et Tina Kunakey ! Ils sont photogéniques, canons… Eux c’est quand ils veulent ! »

« Je suis Margaux, photographe,
blogueuse et autiste »
Margaux
Studio Madeleine

Margaux est franche, honnête et d’une profonde gentillesse. Elle est passionnée et passionnante alors embarquez avec nous dans ce chemin de vie un peu spécial.

Sa passion pour la photo est venue lors de ses voyages. Seule, avec son sac à dos. C’est à ce moment là qu’elle fait ses premières photos; «mais si je remonte un peu plus loin, j’ai toujours été passionnée par les photos. Quand j’étais petite je trainais toujours dans le gros tiroir avec les photos de mes parents, de mes grand-parents avec les albums et les polaroids de mon grand-père. Je trouvais ça passionnant de voir ses racines». C’est au Mexique qu’elle décide de se lancer «j’ai acheté mon premier appareil une semaine avant de partir.». C’est la découverte. D’un métier, de tout un monde.

Puis, Margaux a décidé de photographier les gens qui s’aiment. Pour ce que l’on ressent lorsque l’on fige un instant entre deux amoureux, «ce sont les photos qui donnent le plus d’émotions. Ça va nous transporter, nous transcender.» .

Margaux échange beaucoup avec ses futurs mariés. Elle les rencontre d’abord, «pour créer un lien»  puis, elle leur envoie un questionnaire «je leur pose plein de questions sur eux, j’ai envie de tout savoir pour ensuite arriver et savoir pourquoi ils sont ensemble, ce qu’ils aiment chez l’un, chez l’autre. C’est important.». Le jour-J, Margaux aime guider ses mariés quand il le faut «je pars du principe que j’ai envie de donner les meilleures images et que des fois un petit coup de pouce ça peut aider à donner le meilleur donc je me permets.».

Elle accepte ses prestations au feeling «c’est la vie !». Après cette première saison elle s’est rendue compte que c’était important pour elle. Pour son travail, «ça passe avant tout, c’est hyper important que mes mariés me fassent confiance et que tout se passe dans le respect et la bienveillance.» .

Concernant son style, Margaux est considérée comme faisant partie de la tendance «moody». Ces photos aux couleurs sombres, souvent dans la nature. Aux contrastes saisissants; «j’ai choisi un style qui me correspondait mieux parce qu’avant j’ai essayé le fine art et je ne m’y retrouvais pas. Lorsque j’ai découvert des notes plus sombres, plus contrastées, ça m’a révélé. Je me suis dit, ça c’est moi, je vais bosser dans cette direction là et maintenant, même si je suis dans le moody, j’ai une identité assez forte.». On reconnait le travail de Margaux. On sait que c’est elle parce qu’elle a ce petit quelque chose en plus. Cet oeil qui sait capter les images d’une façon singulière.

Margaux s’inspire de tout et de rien; «mais je suis hyper sensible à l’esthétique de tout, à la beauté des choses. Les couleurs, les matières, les lieux. Tout à l’heure, dans le métro, il y avait une maman avec son bébé, une black avec un pull jaune. On descendait les escaliers et je lui ai dit «Vous êtes vraiment canon». Juste parce que je suis trop sensible à la beauté, je la trouvais belle alors je lui ai dit.».

Sa destination mariage de rêve ? L’Ouest américain ! «On va en forêt, on prend un van, on va dans les montagnes, les lacs, on va se baigner tout nus. J’ai envie de faire des trucs funs, cools et nature.» .

L’émotion à transmettre à ses mariés lors de la découverte de leurs photos «ah mais je veux qu’ils chialent de bonheur !» . Un cri du coeur. «Je veux qu’ils revivent leur journée et la leur faire découvrir avec un angle différent. Je veux qu’ils se reprennent une grosse vague d’amour et de bonheur à ce moment là.» .

La phrase qui lui correspond : «Tu as remarqué qu’à une lettre près, autiste, ça fait artiste ? » de Virginie Grimaldi. Margaux, une artiste-autiste.

Nous aimons parler de nos vies, Margaux nous parle d’un souvenir

«C’est une photo de Maria dans un cimetière du Guatemala. C’était le premier portrait dont j’étais fière et possiblement mon premier portrait tout court. Elle représente le partage et le voyage… Une photo de mon premier long voyage toute seule.»

Merci Margaux pour ton franc parlé et ces éclats de rire!

Alison + Sarah
Retrouvez Margaux aussi ici

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

2 Comments

Post a Comment

fr_FRFrench
fr_FRFrench