Marion Nerguisian

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

Paris, Le 5 Décembre 2018.
Marion

Nous avons retrouvé Marion dans son showroom. Tout nouveau, tout beau. C’était en novembre, à Paris, il pleuvait, nous avions couru toute la journée et puis, nous sommes rentrées dans cette petite bulle de magie accompagnée de cette belle parisienne aux longs cheveux bruns et au grand sourire.

Si Marion devait habiller quelqu’un, «il y a 10 ans je pense que j’aurais dit Charlize Theron mais maintenant je dirais Louise Monot ou Mélanie Bernier, des filles qui font accessibles. J’ai envie d’habiller des vraies femmes».

« Moi enfant. Habillée en petite fille sage en train de faire le clown. »
Marion Nerguisian
Créatrice Atelier Gasparine

«Je suis Marion, j’ai 30 ans, je suis mariée, j’ai deux enfants et j’ai créé Atelier Gasparine il y a 3 ans». Marion a d’abord fait une école de commerce pour se diriger vers le conseil en stratégie. Après la naissance de son premier petit garçon, elle se demande ce qu’elle fait là : «la mode c’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, j’ai toujours aimé les matières mais ça ne faisait pas vraiment partie du schéma familial». Elle reprend alors les études et intègre le Studio Berçot «j’ai vite compris que je ne serai jamais Christian Dior ou Coco Chanel. Je me suis pris un gros coup mais je devais avancer.» C’est là que l’idée d’Atelier Gasparine a commencé à germer.

«Dans mon entourage j’ai entre 5 et 10 mariages par an et on va toutes chez Maje, Sandro, Claudie Pierlot… On achète toutes la même robe en polyester et je me suis retrouvée deux fois avec la même tenue qu’une invitée». Marion commence donc à faire des robes soi-même «c’était important pour moi d’apprendre le métier. Même si je ne fais pas les robes aujourd’hui, je voulais comprendre comment c’était fait». Elle fait 30 robes mais se rend vite compte que la couture n’est pas fait pour elle «j’ai donc monté le concept tel qu’il est aujourd’hui. J’ai des modèles, des longueurs, des tissus et on va pouvoir tout personnaliser».

Vous l’aurez compris, le concept d’Atelier Gasparine est de pouvoir personnaliser sa robe, en ayant un produit final de qualité au prix juste. «On compose sa robe dans des belles matières: crêpe de soie, lin, viscose. J’adore les matières et j’en achète pas mal à des maisons de luxe». Tout est réalisé aux portes de Paris de manière artisanale.

La toute première chose que fait Marion lorsqu’elle reçoit une future mariée: «Je l’écoute. J’aime vraiment les gens. C’est la première chose que j’ai découvert quand j’ai changé de métier, je savais que j’étais hyper sensible mais c’est la première fois que ça me sert à quelque chose». Marion essaye de comprendre qui elle a en face d’elle. Pour Marion, dans le choix de sa robe de mariée il y a trois choses: «le budget parce qu’évidemment qu’une robe à 10 000 euros va être plus belle, donc il faut valider son budget en premier. Ensuite, la silhouette puis le confort». Enfin, les essayages peuvent commencer. Les modèles étant totalement personnalisables il faut arriver à se projeter: «à la fin je note tout ce qu’on a dit, la manche d’Alexandrine, le devant d’Appolline,.. et je lui fais un dessin. Chaque cliente a un croquis que je lui envoie avec son devis». La future mariée peut alors, à tête reposée, se rappeler et se projeter dans ce qu’elle a essayé. «Ça c’est ma robe» c’est ce que Marion veut que ses mariées disent. Qu’elles soient elles-mêmes. «Je veux provoquer du bien-être, du confort, de l’authenticité».

Marion s’inspire des expositions où elle se rend, de ce qu’elle voit au détour d’une page internet, d’un détail, d’un rien. «L’idée est de compléter les modèles chaque année».

La devise de Marion, «Confidence is more attractive than anything you could put on your body» par Sophie Amoruso dans Girlboss. «Quand tu as confiance, quand tu es bien, tu dégages déjà quelque chose».

Sa plus grande émotion professionnelle ? «La première robe de mariée que j’ai faite de mes mains. C’était pour une amie».

Nous aimons parler de notre enfance aussi, Marion nous parle d’un souvenir.

«Ça c’est moi enfant. Habillée bien petite fille sage en train de faire le clown».

Merci Marion pour ces rires, ce franc-parlé et ta bonne humeur!

Alison + Sarah
Retrouvez Marion aussi ici

What the wedding, un reportage d’artisan + un podcast, à écouter par ici

Post a Comment

fr_FRFrench
fr_FRFrench